Fusion postéro-lateral lombaire percutanée

La fusion de la colonne vertébrale est l’objet de deux ou plusieurs vertèbres par fusion («soudure») de l’os de la même. Il s’agit d’une option chirurgicale en cas d’instabilité vertébrale, spondylolisthésis, arthropathie des facettes isthmique et / ou dégénératives, l’instabilité post-opératoire, hernie discale récidivante et une scoliose dégénérative. Le dénominateur commun de plusieurs de ces conditions est l’instabilité segmentaire de la colonne vertébrale, définie comme la perte ou la réduction de l’intégrité mécanique d’un segment mobile de la colonne vertébrale, qui se manifeste par des douleurs ou des symptômes neurologiques lorsque les charges sont appliquées. Le but principal de fusion lombaire est de minimiser ou d’éliminer la capacité de mobilité croissante du segment des mouvements blessés.
 

Depuis le début du siècle dernier et ont été réalisées ces interventions, qui nécessitent de placer des greffons osseux du patient à l’arrière des vertèbres, une fois qu’ils avaient soigneusement enlevé les muscles. Le problème était que le patient doit rester au lit pendant six mois dans un lit de plâtre afin de réduire la mobilité et permettre ainsi de consolidation (fusion) de greffons osseux. Afin d’éviter la longue période de repos au lit et d’augmenter le taux de réussite de la fusion osseuse dans les années 60 a commencé en Europe et particulièrement en France, de placer des vis pédiculaires au niveau des vertèbres, qui ont été connectés ensemble par des tiges ou des plaques. Comme le temps a évolué du type de vis (la première s’est souvent) et le type de barres (aujourd’hui il n’ya pas de plaques bars et élastiques pour permettre une certaine mobilité). Mais le problème demeure pas moins que les vis, des tiges et des greffes a dû faire de grandes incisions et de décollage, et dénervés portions dévascularisés grande de la musculature rachidienne. Le post-opératoire a été très lourd et long, largement à cause des dommages aux muscles par l’approche chirurgicale.

  
Décapage de l’incision cutanée et la masse musculaire en fusion ouverte arthrodèse postérolatérale coupe coronale postéro ouvert avec des détails sur le détachement de la masse musculaire
  
Latéral en arthrodèse postérolatérale vision de derrière arthrodèse postérolatérale
  
Coronal la section du greffon osseux postéro arthrodèse des deux côtés de la colonne vertébrale au arthrodèse postérolatérale

Afin de réduire les dommages à la masse musculaire et d’atteindre une récupération plus rapide et plus complète, a commencé à appliquer des techniques de chirurgie mini-invasive. Au niveau de la colonne vertébrale ont permis la réduction de la taille de la coupe (déjà initié avec l’introduction d’un microscope, endoscope et les techniques au laser ou nucléotomie percutanée) et réduire les dommages à la masse musculaire paravertébrale.
 

Parmi ces nouvelles techniques souligne l’arthrodèse lombaire postérolatérale par voie percutanée. Par une incision un peu plus de 1 cm pour chaque vis est possible de mettre en œuvre de vastes zones de la colonne vertébrale. Le résultat est une récupération plus rapide, réduction du besoin de transfusion sanguine, une réduction des coûts de séjour et des hôpitaux et un travail réincorporation plus tôt.

   
Incisions dans arthrodèse postérolatérale ouvert. Incision médiane et les deux côté traditionnel (plus rougis par les plus récents) dans l’approche intermusculaire d’imagerie dans l’arthrodèse postérolatérale, peuvent être atteints par une intervention à ciel ouvert (à gauche) ou des incisions cutanées percutanée (à droite) dans les arthrodèses postéro percutanée

Comme toute nouvelle technologie nécessite un équipement coûteux et une formation spécifique du personnel est mis en œuvre. Ce qui explique pas disponible ou pour tous les hôpitaux et pour tous les professionnels.

L’intervention a été réalisée sous anesthésie générale, mais si le patient a besoin, peut être réalisée sous anesthésie locale et sédation.

Etant donné le caractère invasif minimal, peut être appliqué chez les patients qui, autrement, ne peut intervenir, soit par l’âge ou d’autres co-adjuvant (maladie cardiaque ou respiratoire, en particulier). Elle n’exige pas non transfusion sanguine, si communs dans les techniques classiques de l’arthrodèse de la colonne vertébrale. En tout cas, notre équipe utilise des techniques de chirurgie sans transfusion sanguine.

Comment obtenir un rendez-vous?